Andalousie,  Espagne,  Roadtrip en Amérique du Sud - 2015

Tarifa, la ville du kitesurf et de la fête – Good spirit !

Une fois arrivé à Tarifa, une chose vous saute aux yeux immédiatement : il n’y a que des magasins de sports en tout genre (Mountain bike, Kitesurf, Windsurf, Surf, etc.).
Aussitôt l’auberge trouvée à Tarifa, on s’endort immédiatement jusqu’au soir. Vers 20 heures, on décide de sortir visiter la ville et la plage. La vieille ville est jolie, mais elle est très petite et vide en ce milieu de semaine et hors saison (mercredi du mois de mai). On décide alors de manger des Tapas dans un petit bar et d’aller se poser à la plage avec des bières. Il est environ 21 heures, le soleil se couche, les kitesurfers sont sur la gauche de la plage, les surfeurs sur le reste. On assiste à un très beau couché de soleil, bière à la main, seuls sur la plage, en regardant les sportifs à l’œuvre. Ce lieu me plait, je veux y rester. Simon, mon ami de voyage, réalise qu’il n’a plus d’argent, et qu’il doit rentrer en Allemagne le lendemain.

Pas de surf, mais capitale du kitesurf

Le lendemain, lorsque je demande où est-ce que je peux louer une planche de surf, j’apprends qui la veille était le seul jour où il a été possible de surfer. Normalement, il n’y a pas de vague à Tarifa en cette saison. Cependant, il y a quasiment tous les jours, un vent très violent. Cela fait que Tarifa est devenu l’endroit rêvé pour la pratique du kitesurf. Vraiment en manque de sport, je décide alors de m’inscrire à une leçon de 3 heures d’initiation au kitesurf.
Ambiance super fun, cours bien structuré, seul petit bémol pour ma part : ayant généralement des facilités en sport, je trouve que le cours avançait à un rythme trop lent. Vous n’allez pas dans l’eau durant les 3 premières heures d’initiation : petite théorique sur le matériel, la sécurité et le montage du matériel, puis enchainement d’exercices sur le sable afin de bien contrôler le kite. Ça devient très intéressant à partir du moment où vous devez enfiler votre surf au pied et essayer de vous lever afin de surfer sur l’eau, tracté par le kite, très bonnes sensations !
J’apprécie énormément cette ville, il y règne une ambiance réellement unique. Tous les gens qui sont ici font du sport. Et comment dans tous ces milieux de sports qui sont majoritairement orientés sur les côtés fun et sensations intenses, les gens y sont très détendus et fêtards. Ici, on ne se prend pas la tête. On fait du kite la journée, et le soir, on va décompresser en allant voir un concert sur la plage et en buvant quelques verres dans la vieille ville qui recèle de petits pubs.
On peut voir la côte nord du Maroque de l’autre bout de la mer.

Tarifa Hostel, une équipe de folie

J’ai tout de suite adoré Fernando, le gérant de l’auberge, il est exactement dans le même spirit que la ville. Il a toujours le mot pour rire, connait le prénom de tous les clients de l’hostel, présente les nouveaux venus aux anciens. Bref, aussitôt arrivé au Tarifa Hostel, vous vous sentez tout de suite comme chez vous.
Vous voulez faire du kite surf ? Parlez-en à Fernando, il gère tout pour vous et aussitôt demandé, la meilleure école de kitesurfing vient vous chercher directement à l’hostel pour vous emmener en voiture sur la plage des débutants et vous confier aux meilleurs professeurs de kitesurf de Tarifa.
Mes deux acolytes au cours de kitesurf.
Vous voulez faire la fête ? Asseyez-vous dans le salon et faites connaissance avec les résidents et Fernando ! J’ai fait de très belles rencontres dans cette auberge. Cette ville et cette ambiance de sport et de fête m’ont réellement beaucoup plu. Je pense que je vais y retourner dans pas longtemps.

Départ pour Madrid pour prendre mon avion pour Sao Paolo

Comme toutes bonnes choses ont une fin et que mon aventure est loin d’être terminée, je dois quitter cette ville et tous les résidents de l’auberge pour me lancer dans environ onze heures de voyage en direction de Madrid. Une fois arrivé à Madrid très tôt le matin, je dois trouver l’appartement de mon Couchsurfer dans lequel je ne resterais que jusqu’au soir. Mon avion pour Sao Paolo décollant le soir même à minuit et demi.

Enseignant d'éducation physique, de mathématiques et d'informatique, je suis passionné par les voyages. Dès que j'en ai l'occasion, je prends mon sac à dos et mon appareil photo afin de m’envoler découvrir de nouveaux horizons.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :