Andalousie,  Espagne,  Roadtrip en Amérique du Sud - 2015

Córdoba, Espagne – La plus belle ville en Andalousie – Qué Calor!

Début du roadtrip seul

Mes amis m’ayant quitté le lundi à Grenade, je me retrouve maintenant à voyager seul. Je décide donc de partir le mardi matin à Córdoba sans vraiment savoir comment. À l’auberge, on me dit de prendre un bus. Le bus coûte 14 € et le taxi jusqu’à la Estación de autobús coûte 9 € (+ 2 € de commission pour l’auberge si je réserve avec eux). Une connaissance de Grenade me recommande d’essayer BlaBlaCar, un site de covoiturage.

Le mardi matin, à 9 heures, j’installe l’application BlaBlaCar. À 10h30, je me retrouve dans une Renault Clio avec 3 Espagnols en direction de Cordoue pour 9 €. Mon sac à dos peine à rentrer dans le coffre. Le trajet passe très rapidement grâce à Borja, le conducteur, avec qui j’ai bien pu discuter.
Avant de quitter l’auberge, j’ai reçu l’adresse exacte de mes Couchsurfers et comment m’y rendre. Ils habitent dans un petit village à 30 minutes de bus de Córdoba. Ce petit village s’appelle La Carlota. Étant arrivé vers midi à Cordoue et ne restant que 2 jours dans cette ville, je décide de poser mon sac à dos dans un casier et de visiter la ville.

Córdoba – La plus belle ville d’Andalousie

Une fois libéré de mon poids, je me retrouve à marcher à l’improviste, tout seul, dans cette ville que je ne connais pas du tout. Ne m’étant aucunement informé au préalable, je ne sais pas à quoi m’attendre.
Tout d’abord, je marche 20 minutes en direction du centre-ville.
Rien d’exceptionnel… Puis tout à coup, j’arrive devant une muraille.
Tout de suite, je suis conquis. Je décide alors de suivre la muraille un moment, avant de m’aventurer dans une de ses portes.
À l’intérieur, j’y trouve un petit coin de paradis très paisible. Rempli de petits bars, de magasins en tous genres et de musées. Le tout, dans des petites ruelles sinueuses nous tenant un peu à l’abri du chaud.
J’aime me perdre dans ces ruelles. Mais lorsque je me trouve nez à nez avec ce clocher, je me dis que ça doit être un monument important.
Je décide donc de m’approcher, je me retrouve alors dans un jardin magnifique.
Je me renseigne alors un petit peu et décide de rentrer visiter ce monument qui est en fait la célèbre mosquée-cathédrale de Cordoue. Elle est un ancien temple romain qui est devenu église puis mosquée, et dans laquelle a ensuite été érigée une cathédrale. Elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1984.
Normalement, je ne suis pas fan, mais là, je suis conquis.
Une fois dehors, les découvertes ne sont pas terminées.
Très vite, je me retrouve face à une grande porte menant sur un pont.
Cette porte se nomme, la Porte du Pont. Une dame jouant de la musique classique avec un violoncelle sous cette dernière rend la scène très émouvante. J’ai l’impression de faire un voyage dans le passé.
Trouvant le pont magnifique, j’ai décidé de le traverser. Ne trouvant rien ne m’intéressant de l’autre côté, je décide de rebrousser chemin. Je me perds à nouveau dans les rues multiples.
Je ne cesse de marcher, chaque coin de rue mériterait une photo. Je suis tout seul, il fait très chaud, j’ai la tête qui tourne… Je décide donc de m’acheter une bouteille de 1.5 litre d’eau, de me poser dans un parc à l’ombre et de me lever que quand la bouteille serait finie.
Une fois abreuvé, je décide d’aller voir le Alcázar de los Reyes Cristianos (Alcázar de Cordoue) qui se trouve juste devant moi. Un Alcázar est un palais fortifié qui a des qualités militaires, mais aussi des agréments (tels que des bains et des jardins), c’est typique de l’Andalousie.
Me voilà devant l’entrée, ne sachant pas trop sur quoi je vais tomber. Je ne vais pas être déçu.
Ce que je vois est vraiment magnifique !
Il fait très très chaud (environ 40 degrés) et je n’ai pas de crème solaire. Je demande donc à des Espagnols très gentils s’ils peuvent me donner un peu de crème.

– Perdón, Puedo un poco ? (en montrant la crème de la main)
– Si, claro que si !
– Muchas Gracias.
– Que calor, muy muy calor en Córdoba.
– Si, muy calor !

J’ai fait le tour, il est temps de sortir. J’entre alors dans une nouvelle porte et me retrouve nez à nez avec un entrainement de cavalier.
Je m’assieds pour les observer un moment puis décide d’aller me perdre à nouveau dans les rues.

Voici un bar dans un Patio.

Un Patio désigne une cour intérieure à ciel ouvert au centre d’une habitation et ayant un rôle social. C’est encore une fois une spécialité de l’Andalousie. J’ai de la chance, du 4 au 17 mai, c’est le Festival des Patios à Córdoba. En gros, les habitants de Cordoue, qui dispose d’un Patio, le décore de fleurs et ouvre leur porte pour que les touristes puissent venir voir gratuitement leur travail. Il est toujours sympa de laisser une petite pièce en sortant.
 
Ce n’est pas trop mon truc, mais je dois admettre que c’est un sacré boulot et que le résultat est réussi. Il est maintenant l’heure d’aller récupérer mon sac avant que le magasin qui le garde ne ferme. Je vais ensuite devoir attendre mon bus deux heures à la Estación de autobús. J’en aurais ensuite pour 30 minutes de route jusqu’au petit village nommé La Carlota où je devrais normalement rencontrer mes premiers couchsurfers pour mes deux nuits à Córdoba. En attendant le bus, je décide de faire une petite sieste, par terre, à la gare.
La suite :
 
Une fois ma sieste terminée, moi voilà dans le bus en direction de La Carlota. J’essaie de demander au conducteur tant bien que mal où se site l’arrêt de bus le plus proche de l’adresse que mon Couchsurfer m’a donnée. Bien entendu, il ne comprend pas grand-chose à ce que je dis. Les gens se mobilisent dans le bus pour trouver quelqu’un qui connait l’emplacement de la rue. Je finis par trouver grâce à mon application GPS et à une gentille dame qui me montre la direction.

Rachael et Dima, mes premiers couchsurfers

Je suis accueilli par un couple assez atypique. Un Russe, Dima et sa femme, Anglaise, Rachael. Aucun des deux ne parle espagnol. Rachael est enseignante d’anglais à l’école. Ils m’ont préparé un repas et me servent directement une sangria bien fraiche. Nous avons ensuite passé la soirée à discuter de tout et de rien et sommes sortis un moment pour visiter la ville.

Deuxième jour à Cordoba, déambuler au hasard de petites ruelles à petites ruelles.

Pour mon deuxième jour à Cordoba, ayant déjà visité tous les grands monuments de la ville, j’ai passé mon après-midi à marcher au hasard dans les multiples petites ruelles. Malgré les 42 degrés, j’ai réellement apprécié découvrir ces ruelles plus jolies les unes que les autres.
Si vous avez l’occasion de visiter cette ville, n’hésitez pas à laisser de côté votre carte, et à vous laisser guider par votre instinct. Toutes les petites ruelles mènent quelque part. J’ai essayé plusieurs fois de m’aventurer dans des petits recoins qui ressemblaient énormément à des culs de sacs ne menant nulle part. À chaque fois, j’ai été agréablement surpris par ce qu’il se cachait derrière celles-ci.
Une fois de retour chez mes Coachsurfers, on a à nouveau mangé ensemble, discuté et bu beaucoup de Sangria. Une ambiance bien détendue qui m’a permis d’écrire quelques lignes sur mon blogue, vraiment sympa ! Le lendemain, un blablacar passera me prendre pour Séville. Il aura 2 heures de retard, mais était super sympa !

Enseignant d'éducation physique, de mathématiques et d'informatique, je suis passionné par les voyages. Dès que j'en ai l'occasion, je prends mon sac à dos et mon appareil photo afin de m’envoler découvrir de nouveaux horizons.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :