Brésil,  Roadtrip au Brésil - 2016

De retour à Rio, Cidade Maravilhosa

De retour à Rio, Cidade Maravilhosa

Un an après mon premier roadtrip, me voilà à nouveau à Rio. Cette ville merveilleuse est le lieu parfait pour me poser quelques jours, profiter de la plage et du soleil afin de planifier le reste de mon voyage.

 
 

 
J’apprécie énormément cette ville. Difficile de décrire ce que l’on ressent lorsque l’on arrive à Rio de Janeiro. Pour commencer, le décore y est vraiment unique : une énorme ville complètement urbanisée et moderne, des plages interminables accompagnées d’une eau turquoise à couper le souffle. Le tout, surplombé de toute part par des nombreuses montagnes et collines qui lui donnent un côté sauvage et naturel. Bref, dès qu’on y est, on se sent directement dans un univers de carte postale magnifique. On se sent en vacances et ça fait du bien !
 
Ensuite, les gens : tout le monde est souriant, personne n’a réellement l’air stressé. Lorsqu’on se promène dans les rues de Rio, on a l’impression qu’il n’y a que des gens heureux autour de nous (si on arrive à faire abstraction des sans-abris qui sont dans la détresse, certes). C’est principalement les habitants de Rio de Janeiro, les Cariocas, qui renforcent ce sentiment de bien-être. Ils se comportent comme s’ils étaient constamment en vacances, dans leur propre ville. Dès qu’ils ont un moment de libre, ils en profitent pour prendre le soleil en se promenant dans les rues ou en allant se reposer à la plage. D’ailleurs, lorsque vous parlez à un Carioca, il n’a pas fini de vous venter les qualités de sa ville merveilleuse.
 
Enfin, on ne s’ennuie pas à Rio. Des plages à perte de vue (Ipanema, Copacabana, mais pas seulement !) sur lesquelles vous pouvez vous reposer, bronzer, faire du sport, surfer, boire des verres… Des attractions touristiques mondialement connues qui valent clairement le détour (le Christ Rédempteur, le pain de sucre, etc.). Une vie nocturne complètement déjantée tous les soirs de la semaine (dans les rues de Lapa, par exemple).
 
Tout ceci est bien entendu la face visible de l’iceberg. Il ne faut pas creuser bien profond pour trouver toute la misère et les dangers que cache cette ville. Mais si vous ne supportez pas ce genre de contraste, j’ai envie de vous dire : n’allez pas au Brésil.
 
Me voilà donc au cœur de cette ville. Je trouve assez vite une auberge pas trop chère en plein centre. Un Couchsurfeur me propose de m’emmener sur une colline depuis laquelle on a une vue imprenable sur la ville et le Christ Rédempteur. Le plan me convient parfaitement, me voilà donc déjà en marche afin de gravir cette petite colline. Après quelques minutes de montée, nous voilà arrivé à un mirador. La vue y est effectivement imprenable ; on peut y voir la ville, la mer, le pain de sucre et le Christ !
 
 
 

 
Bon, j’avoue, là ça fait beaucoup de photos de moi. Je vous promets de me calmer pour la suite !
 
Le deuxième jour, j’ai décidé de faire une journée un peu sportive. J’ai loué un vélo pour la journée. Tout d’abord, j’ai longé la plages d’Ipanema.

 

 

Arrivé au bout de cette plage, il y a un coin dans lequel on trouve un fitness de rue.

 

Ce fitness fait la séparation entre les deux plus grandes plages de Rio : Ipanema et Copacabana. Me voici donc maintenant au début de cette plage légendaire qu’est Copacabana

 

Le long de cette plage, j’ai eu la chance de tomber sur un magasin officiel des Jeux Olympiques de Rio 2016.

 

J’en ai donc profité pour acheter une serviette de bain que j’utilise encore aujourd’hui (« cool ta vie… »).

 

 

 

Cette plage de Copacabana est vraiment très belle. Notez les deux drapeaux Suisse et Brésilien côte à côte au plein milieu de la plage.

 

 

 

 

 

 

 

Je dois maintenant quitter le bord de mer et entrer dans le dense trafic de Rio afin de rejoindre la plage de Vermelha. Je me retrouve donc avec mon vélo, dans un tunnel, en plein milieu de toutes ces voitures. Ça klaxonne dans tous les sens 😋 !
 

 
Heureusement, j’arrive finalement sain et sauf vers la plage de Vermelha, juste en dessous du pain de sucre.

 

 
Je décide donc de laisser mon vélo en bas et de monter voir ce qu’il se passe. Notez le cadenas de sécurité de malade qu’ils ont mis à mon vélo pour éviter que je me le fasse voler.
 

 
Il y a une télécabine qui monte sur une station intermédiaire, puis une deuxième télécabine pour arriver au pain de sucre. L’intermédiaire est aussi accessible à pied, par un trek de 45 minutes de montée. Pas besoin de vous préciser que je suis monté à pied

 

Durant la montée, dans un bout de forêt Atlantique (dites dangereuse), j’ai croisé quelques singes sauvages beaucoup très mignons.
 

 
Une fois en haut (à l’intermédiaire), je suis ébloui par la magnifique vue sur la ville et son pain de sucre.
 

 

 

 

 
Le pain de sucre n’est pas accessible à pied. Je décide donc de prendre la télécabine pour voir ce qu’il y a en haut. Une fois arrivé, je suis un peu déçu. La moitié du mirador est inaccessible car en travaux.

 

 

 
Je suis donc assez vite redescendu. D’après moi, la vue depuis l’intermédiaire est clairement suffisante.
Le soir, je suis sorti dans les rues de Lapa afin de profiter de l’ambiance festive qu’offre Rio. Après quelques Caipirinha de la calle, je me suis retrouvé dans une soirée Samba grâce à Couchsurfing.
 
 

 

 
Le jour de mon départ approche et je n’ai toujours pas de plan pour la suite. Après quelques recherches, je me rends compte que si je longe la côte vers le nord, la ville la plus proche est Salvador. Elle est située à 1600 km de Rio. En bus, la distance est beaucoup trop grande. Je dois donc prendre un avion jusqu’à Salvador do Bahia.
 
 

Enseignant d'éducation physique, de mathématiques et d'informatique, je suis passionné par les voyages. Dès que j'en ai l'occasion, je prends mon sac à dos et mon appareil photo afin de m’envoler découvrir de nouveaux horizons.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :